AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De douille et d'os - Théa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drifters
avatarWilliam Marshal
Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 26
Avatar : Duessel - Fire Emblem : The Sacred Stones

Légende
Renommée:
130/999  (130/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: De douille et d'os - Théa   Jeu 23 Fév - 19:47

Hrngn. Hrngrn.

Le Maréchal halète sous son armure. Que le poids de cette masse de fer et d'acier le pèse quand le combat est fini. Un page s'approche de lui, un regard légèrement craintif sur le visage. Dans un coin de la pièce, un miroir fissuré. William se regarde dedans, même si son œil gauche est tuméfié. Effectivement, comme ça, il n'a pas l'air d'un enfant de cœur. Entre les traces de sang sur son armure et les touffes de poils coincées entre certaines de ses jointures, il pourrait passer pour un parfait Croque-Mitaines chez les Gnolls. Et, quelque part, au plus profond de son ego, il espère qu'il l'est.

Celle qui lui donne ses ordres, la femme qui serait la reine légendaire Cléopâtre d'Égypte, avait obtenu comme information qu'un contingent de l'armée du Roi Noir devait aller rendre visite au chef d'une petite tribu Gnoll pour les convaincre de joindre leur maudite armée. Son rôle avait été simple. Arriver avant les hérauts du sombre monarque du mal et faire en sorte que les Gnolls ne rejoignent pas leur armée. Aucun moyen n'avait été spécifié, mais pour William, c'était tacite. On envoie pas un chevalier ne parlant pas là langue pour faire de la diplomatie. Et seigneur qu'il avait été diplomate. Rapide comme le vent, lourd comme une enclume, William avait fait parlé son épée de façon plus claire qu'aucuns mots. Il avait taillé le chef des Gnolls et une partie de ses soldats avant de laisser des insignes de la sombre armée sur les lieux. Jamais plus ils ne pourraient traiter.

Oui, ce n'est pas très chevaleresque. Oui, ce n'est pas digne d'un Geste. Mais à la guerre comme à la guerre. Il mène son dernier conflit. Celui que Dieu lui a imposé avant son entrée au paradis. Avec un peu de chance, la petite tribu serait partie avant l'arrivée des autres. Ils pourraient alors refaire leur vie. Au pire, ils auraient attendu l'arrivée des émissaires pour se venger. Quoi qu'il en soit, ce diable de Roi Noir n'aurait pas de nouveaux alliés en ce jour. En un sens, il avait sauvé leurs âmes.

Le page prononce une incantation et ses mains s'illuminent d'une douce lueur blanche. William grogne un mot. Il refuse que la magie de soin ne le touche. Pour lui, chaque blessure reçue était un memento d'une erreur commise. Chaque cicatrice une page dans le livre de William Marshal. Il tripote doucement les attaques de son plastron pour faire comprendre au jeune page ce qu'il voulait faire. Le garçon s'approche de lui défait son armure et le plastron tombe au sol dans un fracas métallique.

L'entaille fait presque dis centimètres de long, sur son omoplate droite. La lame d'un poignard Gnoll s'était glissée dans un interstice de son habit de protection. Ça saigne un peu. Heureusement, la lame était propre et le coup peu profond. Le page soupire et va chercher une bassine d'eau chaude, du linge, un fil, une aiguille et une bougie. Il entreprends ensuite de laver la plaie et de la désinfecter avec le savon qu'il avait aussi prit. William sert les dents. Se faire recoudre n'est jamais plaisant.

Dans le silence de mort qui règne dans la pièce, William ne peut qu'entendre les pas qui se dirigent vers ici. C'est sûrement « Cléopatre ». Elle voudra très vraisemblablement entendre son rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octobrists
avatarThéa Philopator
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2017

Légende
Renommée:
180/999  (180/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Jeu 23 Fév - 21:32

De chair et de sang



Pour être franche, mon palais d'Égypte n'a rien à envier à la forteresse déléguée aux Octobrists. De la pierre, du sable, un manque cruel de lumière dans certains couloirs et de décoration. Par tous les dieux, ont-ils vraiment vécu des centaines d'années avec ce genre de bâtiment pour leur servir de foyer? Ce n'est pas pour paraître superficielle, mais la tour me fait penser aux pyramides, à des tombeaux. Je m'y suis faite avec les années. Le manque d'or est compensé par un climat frais et vivant. Je peux fouler l'herbe de mes pas sans avoir la garde de César qui me surveille pour mes moindres faits et gestes.

Je vis cette deuxième vie amplement et étrangement, avec tout le temps que j'ai passé ici, je n'ai pas l'impression d'avoir pris une ride. Est-ce la faute de cet homme dans le couloir qui nous aurait prodigué l'immortalité? Ou bien sommes-nous vraiment tous morts et vivons un rêve, tous le même rêve? Il est difficile de décrire ce monde, ce qu'on vit, qui nous sommes devenus. Nous savons que du monde d'où nous venons, la vraie histoire est écrite et décrite de nos récits les plus prodigieux, mais ici nous n'avons pas d'histoire. Nous sommes de simples hommes et femmes dans un monde dont jamais l'humanité comme je la connaissais en a entendu parler. L'existence de ces elfes est aussi inexplicable que la mort. Malheureux.

Je suis assise sur quelques coussins. La pièce est illuminée de quelques bougies bien fondues et sans saveur. Je lis les rapports que certains éclaireurs encore en vie nous ont rédigé. À travers les lignes, j'essaie de déceler une faiblesse du Roi Noir, un territoire qu'il penserait acquérir pour agrandir ses forces armées. Une carte entre les doigts, une plume entre d'autres, je me mordille les lèvres, trop affamée de découvrir cette faiblesse si bien cachée. Et si son armée était sa faiblesse? Et s'il s'agissait de ses précieux Ends? Ou bien du moral de ses troupes? Son propre moral, qu'en est-il?

Trop de questions sans réponses et pourtant, je ne compte pas lâcher prise. Un de mes confrères fait irruption dans ma pièce avec une bonne nouvelle entre les lèvres, mais une voix à bout de souffle. Apparemment, il s'est dépêché pour venir à ma rencontre. " Eh bien parle! Qu'as-tu à me rapporter cette fois? " Il prend une grande inspiration et m'annonce : " William Marshal est de retour de mission! " Sa nouvelle me pousse à sourire et à me lever de ma position. " Très bien, j'irai le voir à l'instant. " Il quitte l'entrée de ma pièce et retourne à ses affaires. Je jette un dernier coup d'oeil à la pile de feuilles qui recouvrent ma table, puis d'un coup de tête je vais en paix retrouver un des Drifters que j'ai retrouvé dans la nature.

Mes pas se font assurés, claquant dans le couloir de pierres vide et éclairé par le soleil se couchant sur l'horizon et quelques torches soutenues d'un support de métal forgé. Je ne sais pas à quoi m'attendre. Aurai-je devant moi un William sur le seuil de la mort? Ou bien aurai-je un William triomphant de sa victoire sans écorches, propre, sans avoir sur son armure, le sang peinturé de ses ennemis? La seconde version ne me paraît pas plausible, pas possible et elle ne ressemble guère à cet homme que j'ai retrouvé assis sur son cheval derrière de hautes herbes sauvages, fier, courageux, humble et honorable.

Au couloir suivant, je vois une personne entrer dans une pièce avec des matériaux médicaux. Je souris à moi-même, sachant pertinemment la seule personne de ces lieux à demander à ce qu'on le recoud à l'ancienne. William, reste comme tu es. pense-je. Je m'arrête devant le seuil et je regarde mon semblable s'occuper de mon protégé. Quand son second m'aperçoit, il lui tapote l'épaule pour qu'il se retourne dans ma direction. Je secoue la tête et j'insiste pour qu'il termine. C'est silencieux tout d'un coup... serait-ce parce que j'ai laissé mes pensées de stratège derrière moi? Ou parce que ma présence intimide mes compères?

Le soigneur termine sa mission et quitte la pièce en vitesse, talonné par le second. J'attends quelques secondes avant de claquer la semelle de mes talons dans la pièce où il repose. Je devrais le laisser dormir, mais j'ai besoin de savoir... Je m'avance un peu plus jusqu'à ce que la chaise soit à ma portée pour y prendre place, tout près du lit. Je regarde l'armure retirée à l'arrache, le sang, l'aiguille, le bol d'eau pour purifier ses blessures puis ses blessures elles-mêmes. Son dos a été touché sur une bonne longueur, mais la profondeur ne semble pas être alarmante. Je croise les jambes, je me penche vers l'avant, j'interroge :

" Quel est votre rapport, William Marshal? Racontez-moi. "

Pas de salutations, il sait que je suis une femme qui va droit au but. Je suis formelle à ma manière et je pense qu'il s'y est fait sinon, il se serait sûrement trouvé quelqu'un d'autre à qui raconter ses aventures.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drifters
avatarWilliam Marshal
Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 26
Avatar : Duessel - Fire Emblem : The Sacred Stones

Légende
Renommée:
130/999  (130/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Ven 24 Fév - 20:09

Le baume cicatrisant que le page avait appliqué sur la blessure du Maréchal devait être légèrement opiacé, car William était dans un état second, pris entre le monde réel et les limbes quand la reine entra dans la petite pièce. Il eut du mal à réagir. Une partie de lui voulait allez dans ses songes, ce doux pays où il pouvait retrouver sa chère Isabelle pour quelques heures. Mais cette autre partie, celle qui avait fait de lui l'homme qu'il était maintenant l’empêchait de monter voir Morphée. Doucement, difficilement, il se redresse. Il ne sait pas quel age il a vraiment. A t'il encore ses soixante treize ans ? Son corps semble avoir retrouvé l'aspect qu'il avait dix ans avant. Avait il cet âge ? Tout ce qu'il savait, c'est que ses jointures le faisait souffrir un peu.

Il fixe la reine dans les yeux. Elle est belle pourtant. Enfin, belle, pour une sarrasine. C'étaient des pensées donc il avait du mal à se débarrasser. Pourtant, il savait qu'elle avait elle aussi été admise au royaume du seigneur pour une dernière mission contre les forces du malin. C'était la preuve vivante que même ces gens pouvaient avoir l'appui du Seigneur. Mais les habitudes ont la vie dure. On lui avait appris à haïr ceux qui avaient la beau sombre. William respira doucement. Son dos le tirait. Au fond, il l'aimait bien. En même temps, il n'y avait qu'elle et certains autres membres de ces … Octobrists ? … qui parlaient anglais. Cela à tendance à vite créer des liens. D'une voix qu'il aurait aimé moins rauque, il commence son rapport.

« Vous m'avez envoyé m'occuper de la tribu des Gnolls de l'Oeil Bleu. Si me souvenirs sont bons, vous aviez eu des renseignements comme quoi ils étaient rentrés en contact avec les sombres armées du Roi Noir. »

En temps normal, chez lui, il serait rentré directement dans le vif du sujet. William Marshall était beaucoup de choses, mais pas un homme de verbe. Mais là, c'était différent. Vivre dans un pays où personne ne vous comprends vous pousse à chérir les rares moments où il peut parler et être entendu.

« Je suis arrivé ce matin au point du jour. J'ai eu la chance de rencontrer un éclaireur de nos ennemis mortels sur le chemin. J'ai pu m’emparer d'insignes impies. Il m'est venu une idée. »

Il en était fier. Dans sa jeunesse, William aurait été contre ce genre de stratagèmes. Maintenant, il ne veut plus que la victoire. Rien de plus, rien de moins.

« J'ai pu être conduit dans la hutte du chef car ils m'ont pris pour des membres de l'armée adverse. J'ai feint être blessé pour qu'ils ne me posent pas de question. Un fois près de Grell Grand Yeux, le chef des Gnolls, je suis passé à l'attaque. J'ai tué le chef et trois de ses guerriers et bléssé quatre autre des soldats de la tribu. Si ce que j'ai pu observer est bon, ça doit représenter un quart de leurs forces actuelles. Il y avait beaucoup de jeunes. Ca doit être pour ça que notre adversaire les désirait. J'ai pris soin d'hurler un des chants de guerre que j'ai pu apprendre de nos adversaires. »

Il passe sa main sur son épaule et grimace.

« Malheureusement, j'ai été blessé dans la bataille. Mais ce n'est pas important. Je pense qu'ils ont cru que j'étais un soldat de notre adversaire. Les pourparlers devraient être brisés. J'espère que cela vous sied. »

C'était un peu leur mot de code pour savoir que son rapport était fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octobrists
avatarThéa Philopator
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2017

Légende
Renommée:
180/999  (180/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Dim 26 Fév - 15:02

De chair et de sang



Rares sont les Drifters que nous laissons partir seuls en mission. La raison principale de notre existence étant de les protéger, je me sens un peu responsable des blessures qu'il a subies lors de sa mission. Si j'avais été là, peut-être que les choses se seraient déroulées autrement, peut-être auraient-ils eu une raison supplémentaire de rejoindre le Roi Noir. Envoyer William seul sur le terrain a eu un des effets escomptés, soit bluffer sur l'origine de l'attaque et faire en sorte que le Roi ne soit plus crédible aux yeux d'une race qui se veut nombreuse dans les espaces reculés. Comme les gobelins et les kobolds, ce sont des espèces qui se reproduisent rapidement et qui peuvent être une nuisance plus grande qu'on voudrait le croire.

Je vois dans les yeux du maréchal qu'il aimerait succomber au sommeil et prendre du repos, mais si je veux avancer dans mes recherches, il me faut savoir toute l'histoire en détails. Après cela, il aura tout le temps qu'il désirera pour se reposer et le forgeron trouvera certainement le temps de réparer son armure entre-temps aussi. J'écoute alors la stratégie de mon protégé avec toute l'attention qu'il m'est possible d'avoir. Les actions dans le récit me paraissent intelligents et chaque faits et gestes sont calculés pour troubler les plans du Roi Noir. De plus, les gnolls sont une race qui se fie sur ce qu'ils ont vu et vécu et pas d'une parole en l'air prononcée par le Roi. La vérité qu'il tentera de leur faire comprendre sonnera comme un gros mensonge à leurs oreilles. Le pire qui puisse suivre cet événement, c'est l'extermination des gnolls.

Je ne suis pas pour une telle mesure venant du Roi Noir, mais c'est sa façon de procéder. Tous ceux qui lui tourneront le dos sont ses ennemis ou des sources d'informations à torturer. Le cri de guerre, le meurtre d'un chef gnoll : ce fut une mission productive qui m'arrache un sourire satisfait. Je laisse échapper un " Parfait. " sans exclamation. Mes pensées tournent et vrillent à vive allure en tentant d'imaginer la suite des événements. Quelles conséquences notre jeu aura-t-il sur les autres races? Et les alliés du Roi, seront-ils plus nombreux? Se servira-t-il des gnolls à titre d'exemple pour dominer un peu plus sur le monde?

" Vos efforts seront récompensés. "

Je prends une pause afin que la poussière du rapport retombe pour faire place à un autre genre de conversation toute aussi sérieuse que la première. Lors du départ de William de sa mission, ce fut mon supérieur qui m'a approché pour me reprocher d'avoir trop confiance en lui et que je devrais le suivre partout où il va. Je lui avais répondu que je savais ce que je faisais, mais ça n'avait pas semblé suffisant à ses yeux.

" Mon supérieur m'a suggéré pour les missions à venir, que je ne vous envoie plus seul. Que pensez-vous de son inquiétude? "

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drifters
avatarWilliam Marshal
Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 26
Avatar : Duessel - Fire Emblem : The Sacred Stones

Légende
Renommée:
130/999  (130/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Mar 28 Fév - 9:11

Le cœur du maréchal se réchauffe un peu quand il entends les mots de celle qu'il sert. Il a beau être un vieil homme fatigué qui a servi moult seigneurs, il aime quand même entendre que ce qu'il fait est bien. Il adresse un maigre sourire à Théa.

« Je vous remercie ma reine, mais savoir que mon travail est bien fait est ma récompense. »

Il s'étire doucement. Son dos lui fait un peu mal. Enfer et damnation. Tiens, elle lui parle ensuite de le Abbé Nossémé. Encore une personne étrange. A ce qu'il parait, il est un humain comme William ou Théa, qui vient lui d'un endroit sur leur terre appelé Japon. William ne sait pas si il doit vraiment y croire. Il est un homme assez cultivé, et jamais il n'a entendu parler de cet endroit. De plus, c'est un homme étrange, avec sa peau d'une couleur cuivrée que le chevalier ne trouvait pas naturelle et ses yeux en amande. Au début, il avait même cru qu'il était un des homme bêtes du coin. C'est peut être pour ça que le maréchal s'était naturellement rattaché à la reine. Elle était peut être ethniquement semblable aux infidèles, c'était au moins un type qu'il connaissait.

Il le respecte hein, pas de soucis là dessus. Lui aussi combattait dans le camp du Seigneur. Pas question de remettre ça en cause. Mais il y avait une sorte de … William ne sait pas mettre de mot dessus. Il n'a pas totalement confiance en l'homme du Japon et il sent que l'homme n'a pas totalement confiance en lui. Il pousse un long soupir.

« Je sais bien que votre chef n'a pas confiance en moi. Et, pour être tout à fait franc, je m'en moque. Ma loyauté va à vous, pas à lui. Vous ai-je déjà déçu, ma reine? Doutez vous de mon soutien à la cause ? »

Ses traits sont tirés. Il est presque blessé de devoir s'expliquer. Une petite voix dans son crane dit qu'en tant qu'étrangers, à la fois d'un point de vue spatial, mais aussi temporel, ils ne peuvent pas connaître son histoire. Ils ne peuvent pas savoir qu'il a, sans bronché, servi des gens qu'il avait combattu. Servi malgré les humiliations. Il est un nombre de choses qu'est William, mais un traître n'en fait pas partie. Il soupire encore une fois. Il préférerait dormir que devoir s'expliquer.

« Ma reine. Cela ne me dérangerait pas de vous emmener avec moi. Mais je vous pose une question. Êtes vous capable de me suivre ? Pouvez vous vous battre ? Vous pourriez envoyer d'autres personnes, mais c'est le même soucis, non ? »

Il s'allonge sur sa couche et grimace un peu. C'est vrai, blessure au dos.

« De plus, vous me donnez tout le temps des mission pour lesquelles la solitude est un avantage. Pensez vous que j'aurai pu réussir la mission aussi bien si j'avais du veiller sur quelqu'un d'autre ? »

Ce n'est pas totalement honnête, car il part du principe que personne d'autre n'est capable de le suivre. Mais il y a une raison. Il ne veut pas mettre d'autres personnes en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octobrists
avatarThéa Philopator
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2017

Légende
Renommée:
180/999  (180/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Lun 6 Mar - 20:16

De chair et de sang


Humble, même ce mot n'est pas suffisant pour décrire le chevalier. De simples mots en guise de récompense? Si tous les hommes étaient comme lui, le monde n'en serait pas à sa énième crise aujourd'hui. L'orgueil et la jalousie possèdent trop les hommes, les poussant dans une tourmente sans fin qui résultent la guerre et les conflits. Les hommes jouent justement avec les mots pour tirer les événements à leur avantage. J'ai moi-même fait usage des mots afin que les moments importants de ma vie tournent en ma faveur. J'ai vécu dans une époque où j'étais obligée de me marier à mes propres frères. J'aurais pu régner seule dès le départ, mais les jeunes femmes étaient sous-estimées de beaucoup.

Je repère le maigre sourire qu'il m'adresse et je réponds de la même façon pour lui montrer ma satisfaction face à ses mots. S'il m'avait répondue quelque chose d'autres, j'aurais été surprise et il aurait certainement été déçu parce que mis à part les mots, je n'ai rien d'autre à lui offrir ici. S'il avait été un de mes fidèles à mon époque, je lui aurais promis un territoire. Ici, je ne suis plus Reine, je suis une protectrice de légendes, une servante pour mener à bien le règne des hommes. Je n'ai pas vraiment l'impression que mon rôle ait beaucoup changé puisque j'ai toujours tenu mon peuple à coeur et je l'ai protégé jusqu'à la toute fin.

Puis, le doute plane suite à ma question. L'autorité d'Abe no Seimei est remise en question et les idéaux d'un Drifters montent à la surface, bouillonnant, voilant l'intérêt de suivre un homme qu'on peut considérer comme étant son égal puisque comme nous, il a été forcé dans ce monde. Il s'est autoproclamé chef puisqu'il a crée la société des Octobrists. Les paroles de William me font un velours intérieur, me rappelant mes plus loyaux sujets. Bien que j'aie senti une sorte de traitrise de la part de mon cher Marc Antoine, l'homme devant moi a certainement su me remonter le moral et redonner foi que les hommes ne sont pas tous capable du pire... ils sont capable du meilleur aussi.

" Je ne doute aucunement de vos capacités, William Marshal. Je ne faisais que demander votre avis sur le sujet. "

Aurais-je du garder l'inquiétude de mon supérieur pour moi? Ou bien partager mes pensées avec William nourrira sa confiance en moi? C'est son tour de me poser une question. Serais-je capable de le suivre? Serais-je en mesure de me défendre? Pourrai-je le protéger comme se doit mon rôle? Je ne manie pas les armes, mais j'ai un don pour les mots et je ne suis pas sans défense non plus. Je sais ce que je dois lui répondre pour éteindre ses doutes à mon égard :

" Connaissez-vous un peu l'histoire du monde? Laissez-moi vous rappeler que j'ai mis au monde celui qu'on appelle " le Roi des Rois ". Certes il était le descendant du grand Jules César... mais il ne faut pas oublier qu'il a été élevé par sa mère. Sachez William que je sais m'occuper de moi-même. "

Pour ce qui est de la suite, il n'a pas tort. Est-ce que les choses auraient été pires? Est-ce que la présence de ma magie aurait révélé le bluff que nous aurions tenté d'implanter? Je soupire à mon tour.

" Nous ne pouvons pas prévoir ce qui aurait pu se passer, mais je comprends votre point. Je ferai donc en sortes que vous n'aurez pas besoin de veiller sur autrui en mission... et de garder Abe no Seimei loin de nos affaires. "

Je me lève de la chaise et m'apprête à partir, tournant même le dos au chevalier avant de lui demander :

" Auriez-vous préféré continuer à servir votre Roi, William, et ne jamais connaître ce monde? "

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drifters
avatarWilliam Marshal
Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 26
Avatar : Duessel - Fire Emblem : The Sacred Stones

Légende
Renommée:
130/999  (130/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Mer 8 Mar - 19:35

Maligne. Très maligne. Elle sait lire entre les lignes. Et elle n'accepte pas les quelques remarques que William a pu sous entendre. Ce n'est pas grave. Le chevalier ne prends pas la mouche. Elle ne l'a pas fait, après tout. Ce n'était, en quelques sortes, qu'un prêté pour un rendu. Il allait répondre à sa remarque sur son histoire, mais se retient. Ce qu'il sait de l'histoire, c'est ce qu'on lui a appris. Que Cléopâtre était une reine. Et aussi reine qu'elle pouvait être, elle n'était pas une guerrière. Elle aurait pu pondre l'Archange Michael ou, plus sérieusement, Saladin lui même, cela n'aurait pas changé les choses. Elle n'est pas guerrière, et c'est tant mieux, au fond. Chacun son domaine d'expertise. Il l'écoute en se frottant la barbe. Ce qu'il aimerait retourner dormir.

Sa dernière question le vexe légèrement. Il n'a pas du être assez clair. D'une voix un peu lasse et traînante, il reprends la parole.

« Ce que je veux n’a aucun intérêt. Si le Seigneur à décidé de me transporter ici, c'est pour une raison bien particulière. Il ne m'appartient pas de remettre en cause Son jugement. Je vous sers, ma reine, et rien n'est plus important. Vous ne connaissez pas mon histoire, mais j'ai été le maréchal de cinq rois différents, et j'ai moi même opposé la plupart de ces nouveaux rois avant leur accession au trône. Ce qui m'importe, c'est de servir. Jamais je ne pourrai retourner devant Henry III. C'est vous mon Roi maintenant. »

Il se lève et va fermer la porte. Elle ne sortira pas avant qu'il ait fini de parler. Il a beau être un excellent pion, il aime quand les choses sont claires.

« Vous n'avez pas à vous mettre en port-a-faux avec votre chef, ma reine. Je serais ravi de le rencontrer si il a des soucis avec ma façon de faire les choses. C'est moi qui vous ai demandé d'aller en mission seul. »

Il sent une sorte de fierté monter en lui.

« Peut être que l'Abbé Nossémée semble l'oublier, mais vous, vous devez vous en souvenir. Je ne suis pas … un Drifter commun. Là ou presque tout les autres, vous compris, on été arrachés à une mort certaine, que ce soit par la main d'un assassin ou d'un guerrier adverse, c'est à mon lit de mort que j'ai été enlevé. Il n'existe aucune personne qui a été capable de tuer William le Maréchal, premier comte de Penbroke. Je n'ai jamais fui le jugement des miens, et je ne vais pas commencer maintenant. Continuez vos affaires comme d'habitude, et si l'Abbé viens se plaindre, envoyez le moi. Que personne ne se trompe. Ma loyauté va en premier à Dieu et en second a vous. A personne d'autre. »

Son ton était sec sans être agressif. Si l'Abbé avait voulu contrôler le destin du Maréchal, il n'avait qu'a être quelqu'un digne d'être servi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octobrists
avatarThéa Philopator
Messages : 27
Date d'inscription : 09/02/2017

Légende
Renommée:
180/999  (180/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Dim 26 Mar - 13:08

De chair et de sang



Bien que je connaisse la partie humble de ce cher William, je ne saurai jamais pourquoi il veut qu'on ne tienne pas compte de sa propre volonté. Est-ce que c'est parce qu'il croit que si on décide de mettre sa volonté de l'avant, cela contrariera les plans mis en place? Lui sera une distraction inutile? Je ne saurais dire. Son bon fonctionnement mental est pourtant une de mes priorités. Même si je ne peux pas changer son sort d'être parmi nous, il me repousse du revers de la main lorsque je m'intéresse à ce qu'il désire... tant mieux. Un pion qui ne discute pas est un pion loyal et jusqu'ici, il ne m'a pas du tout déçue. Lorsqu'il dit à voix haute que je suis son "Roi maintenant", un sourire à la fois malicieux et satisfait se dessine sur mes lèvres.

Mon adaptation dans ce monde en tant que simple octobrist m'a faite tout un choc. Passant de Reine d'un grand pays à simple femme qui acquiesce au moindre ordre d'un supérieur a donné un sacré coup à mon estime de moi-même. J'avais même pensé à le faire assassiner pour prendre sa place, mais mes connaissances de ce monde étaient plus que limitées alors j'ai abandonné l'idée. Aujourd'hui je m'y fais à cette vie d'intellectuelle et quand on me rappelle que j'ai été une Reine, cela me flatte et je me remémore du temps où j'ai fait tout en mon pouvoir pour sauver mon peuple de la famine et de ses prédateurs romains. Je l'entends se lever et marcher vers moi et fermer la porte sous mon nez. Je fronce les sourcils, croyant d'abord avoir été trahie, puis je l'écoute.

Il m'explique que s'il y a un moindre problème avec mon supérieur que je peux lui envoyer personnellement. Abe n'aime pas parler directement aux Drifters parce qu'il les trouve imprévisibles, alors que lorsqu'il parle aux octobrist qui s'occupent d'eux, il a moins l'impression d'être en situation d'échec et que si le Drifter ne coopère pas, c'est la faute de l'octobrist en charge. Je souris à l'idée de voir Abe discuter d'un ordre avec William et je l'imagine bien se prendre les pieds dans les fleurs du tapis... c'en est presque excitant. Alors je m'approche de William quand il termine dans un discours soulevant son allégeance à Dieu et à moi. Ma paume de main se pose sur la porte derrière lui, près de sa tête et je souris, le regardant du torse jusqu'aux yeux, me rappelant la forme physique de Marc Antoine.

" Qu'il en soit ainsi. Je vous enverrai Abe no Seimei dès qu'il osera hausser le ton à mon égard. "

De ma main libre je pointe une de ses blessures avec l'index.

" Espérons que vous resterez William Marshal, chevalier invaincu encore longtemps. "

Mon visage se rapproche du sien jusqu'à ce que mes lèvres atteignent le creux de son oreille :

" Puis-je vous offrir une tasse de thé? "

Je me recule un peu pour voir sa réaction avant de poursuivre avec une phrase poussée d'un soupir déçu :

" À moins que vous préfériez vous reposer? "

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drifters
avatarWilliam Marshal
Messages : 6
Date d'inscription : 14/02/2017
Age : 26
Avatar : Duessel - Fire Emblem : The Sacred Stones

Légende
Renommée:
130/999  (130/999)
Potentiel:
2/10  (2/10)
Inventaire
:


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   Dim 26 Mar - 17:55

Le premier instinct de William serait de se reculer. Après tout, a part sa femme, tout ceux qui s'approchent de lui ainsi n'ont eu qu'un seul but : faire de lui un Mort-échal. Vous avez compris ? Mort plus maréchal. C'est un peu l'état mental dans lequel il est. Lutter contre son entraînement et ses réflexes, qui auraient normalement été d'envoyer Cléopatre dans le mur avant de l'ouvrir en deux comme un gardon. Mais il ne peut pas le faire. Et si elle prenait ça comme une insulte ? C'est une roulette que William n'avait pas envie de lancer. On peut facilement se retrouver dans une mission suicide dans ce monde.

Sa gorge est sèche. Il est tendu. Que dire ? Que faire ? Accepter ? Refuser ? De quoi à t'il envie ? Ah, il semblerait qu'elle lui laisse une porte de sortie. Bon, il n'est pas assez bête pour ne pas voir qu'elle joue avec lui, mais quand même. Peut il simplement dire qu'il est trop fatigué ? Non. Il faut être poli. Quand votre roi vous propose de boire avec lui, la seule réponse est de demander quelle boisson.

« Je … Je n'ai jamais bu de ce … thé … dont vous parlez. Nous ne connaissons pas cette boisson à mon époque, je ne saurais pas si j'aime. »

Il reprends un peu de contenance. Il avait déjà affronté adversaire plus effrayant qu'une beauté à la peau de caramel, non ? Il avait vu des hommes se faire éventrer devant lui. Mince, il avait même décapité des gens lui même. Il lui adresse un sourire un peu forcé.

« Je ne peux que vous conseiller d'aller trouver un meilleur public pour boire avec vous ma reine. Je ne suis qu'un vieillard fatigué qui ne peut que passer le temps en pensant à sa pauvre femme et en se reposant entre deux missions. »

Doux comme du beurre. Dans la minime infinité ou sa petite tentative de séduction n'était pas une blague maléfique dont les femmes ont le secret, il espérait que parler de sa chère et tendre ferait comprendre la reine. Il est vrai que techniquement, ils n'avaient pas à en tenir compte. Elle était sûrement déjà remariée, et, si il avait compris ce qui s'était passé, ses vœux de mariage étaient dissous, comme il était techniquement mort pour son monde d'origine. Il s’assoit sur le lit. Que le sommeil lui manque. Seigneur, donnez lui la force de dormir pendant mille ans si besoin.

« Cependant, ce serait tout de même une véritable honneur, et même un plaisir que de boire avec vous. S'il vous plaît ainsi, laissez moi quelques heures de repos, et je ferais monter le nécessaire dans votre chambre. Nous pourrons même prendre le repas et discuter jusqu'au bout de la nuit si vous voulez. J'ai encore tant à apprendre sur votre pays. »

Ne pas la vexer. Lui proposer autre chose. Geddit. N’empêche, si on savait comment William Marshal était ridicule avec les femmes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: De douille et d'os - Théa   

Revenir en haut Aller en bas
 
De douille et d'os - Théa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Douillet contre Bakchich
» Les Baisers de Malmédy
» Cours de Franglais!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Drifters RPG :: En jeu :: Territoire d'Orte :: Forteresse-
Sauter vers: